Les Photopériodiques Vs. Autofloraisons - Laquelle est le meilleur?

Les Photopériodiques Vs. Autofloraisons - Laquelle est le meilleur?

Créé par: 13.12.2018

L'industrie du cannabis évolue plus rapidement qu’on aurait jamais pu l'imaginer. Avec de nouvelles souches, concentrés et huiles qui arrivent sur le marché tous les jours, vous êtes gâtés de choix. Mais une question qui revient constamment dans l’esprit de chaque cultivateur est la suivante: photopériodique ou autofloraison? Lequel devriez-vous choisir?

Le débat photopériodique contre autofloraison n’est rien de nouveau. Les growers se sont engagés et les arguments sont omniprésents. Bien que vous puissiez développer les deux types, l'objectif est de choisir quelque chose de plutôt efficace. Et cet article vous aidera à faire exactement cela.

Que sont les plantes photopériodiques?

Le terme «photopériode» est utilisé dans tous les sites vendant des graines de cannabis. En termes simples, le photopériodisme est la mesure de la lumière à laquelle la plante est exposée. Lorsqu'on parle d'une plante photopériodique, les cycles de lumière et d'obscurité sont pris en compte.

Ainsi, lorsque vous voyez un nombre tel que 24/0, par exemple, cela signifie généralement que la plante reçoit 24 heures de lumière et 0 heure d'obscurité. En d’autres termes, c’est aussi simple que le lever et le coucher du soleil. La plupart des variétés de cannabis à photopériode fleuriront lorsqu'elles auront au moins 12 heures d'obscurité, comme à l'état sauvage.

Les cultivateurs laissent les plantes pousser pendant une certaine durée au stade végétatif. Habituellement, les plantes fonctionnent sur un cycle 18/6 avec 18 heures de lumière et 6 heures d'obscurité. Cependant, la plante continuera à croître et refusera de fleurir jusqu'à ce que la saison ou le cycle de la lumière change.

Et c’est la raison pour laquelle les cultivateurs modifient les cycles de lumière et passent en 12/12 avec 12 heures de lumière et 12 heures d’obscurité. Les plantes ne commencent à fleurir que lorsqu'elles reçoivent un signal indiquant que la saison est en train de changer.

Que sont les plantes à autofloraison?

fastbuds g14 by fingers

Contrairement aux plantes photopériodiques, les autofloraisons ne dépendent pas des changements saisonniers pour commencer leur floraison. Après que la plante ait développé quelques branches, elle commence à fleurir «automatiquement», c'est pourquoi elles sont appelées autofloraisons.

Il suffit tout simplement de dire que les autofloraisons fleuriront quelles que soient les conditions que vous fournissez. Obtenir seulement 12 heures de soleil? Pas de problème, les autoflos fleuriront sans soucis. Vous voulez faire toute la croissance avec un cycle 12/12 du début à la fin? Pas de soucis! Les autos performeront de même.

Bien que les autofloraisons aient tendance à bien pousser avec moins de lumière, elles utilisent la lumière pour produire sa nourriture. Par conséquent, les autos développées dans un cycle 18/6 génèrent plus de rendements que celles cultivées avec un minimum de lumière.

Quelles sont les différences entre les variétés de cannabis photopériodiques et à autofloraison?

La principale différence entre les plantes à photopériode et les plantes à autofloraison réside dans l'exposition à la lumière où les autos fleurissent automatiquement. Mais ce sujet a déjà été abordé. Cela dit, il y a d'autres différences que nous allons discuter ci-dessous.

  • Les autofloraison sont rapides

Les autofloraisons sont réputées pour leur rapidité. La plupart des autofloraisons prennent seulement 2 mois de la graine à la récolte alors que les souches photopériodiques ont besoin d'au moins 4 mois pour terminer leur cycle. C'est l'une des raisons pour lesquelles les débutants choisissent les autofloraisons.

Par exemple, si vous cultivez une souche photopériodique, il faut au moins 8 semaines de période végétative pour que la plante puisse bien se développer. Une fois que le cultivateur est satisfait de la croissance de la plante, il peut passer de la phase végétative à la floraison en modifiant le cycle de la lumière.

Les autofloraisons, quant à elles, commencent à fleurir dès qu'elles ont 4 ou 5 semaines. Ils sont si rapides que le cultivateur doit suivre le rythme; Cependant, après quelques récoltes, cela devient incroyablement facile, c’est si simple qu’une fois les graines semées on risque de les oublier.

Donc, si vous avez le choix entre fumer les buds en 3 et 5 mois (y compris la période de durcissement), lequel choisiriez-vous? Les autofloraisons prennent 3 mois et les plantes à photopériode ont besoin de 5 mois. Si vous avez besoin de quelque chose de rapide, les souches à autofloraison sont idéales pour vous.

  • Taille

Les plantes photopériodiques prennent beaucoup de temps à fleurir. Ils prennent plus de temps pour se développer et par conséquence et évidence, elles deviennent beaucoup plus grandes. En moyenne, elles poussent jusqu'à 1.5m à 2m pieds à l'intérieur. À l'extérieur, ils atteignent jusqu’à 3-4 mètres de hauteur. C'est l'une des raisons pour lesquelles elles ont besoin d’un bon entretien et entraînement.

Par exemple, si votre salle de culture manque de hauteur verticale, la culture de plantes photopériodiques n'est pas une option, sauf si vous les entraînez à l'aide de plusieurs techniques de formation. Même si votre salle de culture a une hauteur d'environ 2.5m, les lumières et autres équipements réduiront la hauteur, vous obligeant ainsi à choisir des plantes plus petites.

Les autofloraisons sont génétiquement plus petites. Avec une floraison aussi rapide, une autofloraison peut pousser jusqu’à 1m à l’intérieur tout en grandissant jusqu’à 1.5-1.7m à l’extérieur. Pour les producteurs disposant de petites salles de culture, les autofloraisons peuvent être votre meilleur ami. Comme les plantes sont plus petites, elles sont idéales pour les cultures furtives. Des techniques d’entraînement telles que le LST et le topping peuvent être utilisées pour obtenir de meilleurs rendements.

  • Entretien

fastbuds cannabis plant

Les plantes photopériodiques doivent être maintenues tout le temps, de la modification du cycle de la lumière à la formation de la taille afin d'empêcher une croissance incontrôlée. Cela peut être exaspérant si vous êtes en manques d’un chronomètre pour régler les changements. En outre, les plantes photopériodiques ne supporteront absolument pas les fuites de lumière.

C’est pourquoi certains cultivateurs hésitent à créer leurs propres chambres de culture car il est un peu difficile de construire une salle de culture sans aucune fuite de lumière. Mais que se passe-t-il s’il y a une fuite de lumière, demandez-vous? D'une part, une fuite de lumière peut stresser la plante et l'obliger à se transformer en un hermaphrodite rempli de graines. Puisque vous voulez des buds « sensimilles » (sans graines), une fuite de lumière est hors de question. Comme vous pouvez le comprendre, vous devez être précis avec les photopériodes et il n’y a aucune marge d’erreur, en particulier en ce qui concerne l’éclairage.

En outre, la plante réduit considérablement les rendements si elle est stressée, elle oblige donc le producteur à se préoccuper constamment des fuites de lumière et des autres facteurs qui stressent la plante.

Passons donc à l'autofloraison. Elles sont super robustes. Même si chaque jour compte quand elles se développent, elles n’ont pas besoin de beaucoup d’entretien. Oui, c’est vrai qu’il est facile de «rater» une autofloraison si quelque chose ne va pas au début de la phase végétative, car elles ont un nombre de jours limité, mais elles n’auront pas du tout de problème avec les fuites de lumière.

En fait, les autofloraisons peuvent être réglées avec un cycle de lumière - de préférence 18/6 heures - et elles feront tout simplement leur travail même si vous les laissez tranquilles.

 

  • Puissance

fastbuds potent cannabis

Il y avait une grande différence entre les photopériodiques et les autofloraisons lorsque la première autofloraison appelée Lowryder est sortie. Les variétés de cannabis à photopériode se vantaient d'au moins 15% de THC à l'époque et les autofloraisons n’avaient aucune chance d’y faire face à cette compétition.

Cependant, les choses ont changé et comment! Les autofloraisons produites ces dernières années sont aussi puissantes que les photopériodes. Prenez la Gorilla Glue Auto, par exemple. Avec plus de 24% de THC, elles sont certainement aussi bonnes que les plantes photopériodiques. Il y a maintenant certaines autofloraisons qui dépassent totalement la puissance des souches photopériodiques! Ouais, ca c’est à quel point les autofloraisons ont progressé!

Gorilla Glue Auto
4 of 5
Pin
Goût :
Pin
From €13
acheter
Espace: Indoor | Outdoor
Gendre: Feminized
Gènes: Sativa/Indica
Génétique: Gorilla Glue autoflowering
Floraison: 8-9 weeks
Récolte: XL
Hauteur US: up to 40 inches
Hauteur EU: 60-100cm
THC: Very High
CBD: Low
Autofloraison: Yes

  • Récolte

Les plantes photopériodiques sont plus grandes - nous l'avons déjà établi. Et donc évidemment, les rendements seront plus élevés comparés aux autofloraisons. Toutefois, n’enlevez pas encore les autoflos de votre liste car il est important de comprendre que vous pouvez cultiver deux souches à autofloraison dans le même temps qu’il faut pour faire pousser une plante photopériodique.

Pour comprendre cela en détail, allons un peu plus loin. La plupart des plantes photopériodiques produisent en moyenne 600 à 700 grammes par mètre carré, tandis que les autofloraisons génèrent environ 450 à 550 grammes par mètre carré. Les rendements augmentent si vous les cultivez en extérieur, qu’il s’agisse de photos ou d’autos.

Certaines plantes photopériodiques produisent au moins 400 grammes par plante tandis que les autos produisent jusqu'à 250 à 300 grammes par plante. Comme vous pouvez le constater, les plantes photopériodiques produisent un rendement plus élevé. Cependant, si vous considérez le temps requis pour récolter une plante à photopériode et comparez les deux, les rendements sont sensiblement les mêmes.

Supposons que vous cultiviez des plantes à photopériode et que vous produisiez 700 grammes par mètre carré en 4 mois. Dans le même laps de temps, vous pouvez faire pousser deux lots d’autofloraisons d’un rendement de 550 grammes par mètre carré et par récolte. Donc, si vous considérez le temps, les rendements des autoflos sont plus élevés que ceux des photopériodiques!

En outre, la taille d’une autofloraison vous permet de récolter plus de plantes dans des salles de culture plus petites, ce qui permet d'obtenir plus de rendements.

  • Le Clonage

Le clonage est le processus de création d'une autre plante de cannabis utilisant une plante de cannabis comme mère. Les photopériodiques ont un avantage sur les autofloraisons où elles peuvent être clonées plusieurs fois. Par conséquent, une seule graine peut produire autant de plantes que vous le souhaitez.

Les autofloraisons peuvent aussi être clonées, mais c’est une perte de temps et d’efforts, car le clone a le même âge que la mère. Ainsi, même si vous clonez une autofloraison, la plante résultante commencera à fleurir immédiatement et vous laisserez une petite plante ne produisant presque rien.

Voici une vidéo expliquant comment cloner des autofloraisons:

  • Récoltes Pérpetuelles

Les autofloraisons ont un avantage sur les plantes photopériodiques où elles peuvent être récoltées à perpétuité, aussi longtemps que vous le souhaitez. Bien sûr, vous pouvez essayer la même chose avec les photopériodes, mais vous aurez besoin de deux salles distinctes pour les phases végétatives et de floraison, car les cycles de lumière doivent être adaptés en fonction du stade de la plante.

La même chose s'applique aussi au clonage. Même si vous clonez une plante mère, vous devrez attendre que les clones poussent bien pour les mettre au stade de la floraison. Pourquoi? Parce que vous ne pouvez pas pousser les clones dans la phase de floraison immédiatement, et la mère et le clone devront attendre dans la phase végétative dans un cycle 18/6. C'est pourquoi les growers séparent les clones et utilisent des salles différentes pour les stades de floraison et de végétation.

Par contre, les autofloraisons n’ont pas besoin de pièces séparées car elles n’ont pas besoin de cycles lumineux spécifiques. Vous pouvez semer des graines et soigner les semis juste au moment où un lot est sur le point d'être récolté, ce qui vous fait gagner beaucoup de temps.

En comparant les photopériodiques et les autofloraisons, il est facile de voir que les autofloraisons font face aux plantes à photopériode dans tous les aspects. Qu'il s'agisse de la puissance, du rendement ou de la rapidité, les autofloraisons ont un avantage sur leurs homologues. Cela dit, c’est une question de choix personnel, mais si vous aimez obtenir rapidement les buds pour fumer, les autofloraisons dépassent de loin les photopériodes.